Ultimate magazine theme for WordPress.

Visite de Macron à Shanghai: la France veut conquérir la Chine


Emmanuel Macron a entamé un voyage de trois jours en Chine, durant lequel il entend défendre les entrepreneurs français pour une plus grande ouverture du marché chinois. C’est la priorité de cette visite, qui a commencé à Shanghai.

Cette visite devait commencer par un grand dîner de gala à Shanghai. Le président Xi Jinping entendait ainsi honorer ses hôtes serbes, grecs, jamaïcains et bien sûr le président français Emmanuel Macon, qui participeront mardi à la Foire aux importations, évènement international gigantesque, dédié au commerce et dont la France est cette année l’invitée d’honneur.

Premier dîner, donc, et sans doute l’occasion pour le président français de mettre les pieds dans le plat, de prôner auprès de son homologue chinois la nécessité d’une plus grande ouverture du marché chinois aux entreprises françaises, observe notre envoyée spéciale à Shanghai,  Véronique Rigolet. Il s’agit de la priorité du président Macron, qui entend bien prendre au mot le président Xi Jinping, lorsqu’il affirme vouloir faire de cette foire un symbole d’ouverture.

Une visite « courte mais dense »

« Chiche ! », entend-on dans l’entourage d’Emmanuel Macron. Le président français se veut à l’offensive, et notamment pour soutenir la filière agroalimentaire hexagonale. Mardi, lors de la visite du pavillon français à la foire, il entend bien ainsi faire déguster du bœuf de l’Aubrac à

son homologue chinois, le tout arrosé d’un bon verre de vin rouge, a confié à RFI l’entourage du chef de l’État.

Lors de cette foire, Emmanuel Macron fera un discours juste derrière celui du président chinois. C’est important pour le régime, car l’évènement avait été boudé par une partie des Occidentaux l’année dernière. Cette présence du chef de l’État français à la foire serait donc à l’image de la bonne entente entre Pékin et Paris. La visite promet d’être « courte mais dense », comme le disent les diplomates chinois.

Le protocole  promet un accueil au moins à la hauteur de Nice et de Beaulieu-sur-mer l’année dernière, lors de la visite de Xi Jinping en France. Les deux chefs d’État et leurs épouses se retrouveront mardi soir dans un endroit décrit comme « très spécial », « très shanghaien » pour un diner en cercle restreint, rapporte notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde.

Une quarantaine d’accords en jeu

Paris, qui entend inscrire sa relation avec la Chine dans une dimension européenne, arrive accompagné des Allemands et de l’Europe ici à Shanghai. La ministre allemande de l’Éducation ainsi que le commissaire européen à l’Agriculture participeront à une rencontre entre les acteurs économiques français et allemands présents sur la foire.

La coopération technologique est fondamentale.

Xi Jinping doit se rendre l’année prochaine en Allemagne alors que deux accords sont en cours de discussions avec l’Europe, l’un sur la protection des investissements et l’autre sur les indications géographiques qui permettraient de protéger les vins et les fromages français notamment.

L’un des thèmes sur lesquels Paris et Pékin partagent tout particulièrement leur agenda, et l’une des priorités de cette deuxième visite du président français en Chine : la lutte contre le réchauffement climatique et la préservation de la biodiversité, de nouveau au menu des discussions entre Emmanuel Macron et les officiels chinois. C’est aussi un enjeu commercial important pour les entreprises européennes et françaises présentes sur le marché chinois, avec des défis à la taille d’un pays-continent.

Encore de la marge commercialement

D’autres accords commerciaux pourraient égalalement être signés en Chine. Lors de son passage à Paris, il y a quelques jours, le ministre chinois des Affaires étrangères a parlé d’une quarantaine d’accords dans l’aéronautique, les satellites, la finance ou encore les énergies durables. À en croire les autorités chinoises, les importations de produits français augmenteraient plus vite que les exportations chinoises ces derniers mois.

Il y a encore de la marge avant que la Paris ne comble son déficit avec la Chine, mais la foire est ici l’occasion pour la France d’exposer ses produits et savoir-faire, disent les Chinois, qui entendent de leur côté démontrer que la croissance de la deuxième économie du monde n’est plus uniquement tirée par les exportations, mais aussi par la consommation.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Open