Vague de démissions au sein du parti Rewmi d’Idrissa Seck.

Le parti Rewmi, dirigé par Idrissa Seck, connaît une série de démissions parmi ses rangs. Moustapha Kadialy Badji, précédemment coordonnateur départemental, Gnima Goudiaby, vice-présidente du Conseil départemental de Bignona, et Badara Gadiaga, membre influent du Secrétariat National ainsi que de la Cellule de communication, ont récemment quitté le parti.

Le dernier en date à emboîter le pas est Mouhamadou Lamine Mbodji. Il a annoncé sa démission de Rewmi et renoncé à tous les postes de responsabilité qu’il détenait au sein du parti. Dans une lettre adressée directement à Idrissa Seck, ancien président du CESE, M. Mbodji, qui était autrefois secrétaire National à la Pépinière des cadres libéraux et membre du Secrétariat National de Rewmi, a exposé les raisons de son départ.

Voici in extenso sa lettre de démission

A l’attention de Monsieur Idrissa Seck
Président du Parti Reew-Mi

Objet : Démission

Monsieur le Président,
De l’enseignement grec suivant :

Ad Augusta per Angusta (vers de grandes choses par des voies étroites », mais aussi des préceptes du grand Cheikh Abdou Khadre Mbacke qui pense que sur les sentiers de l’accomplissement, un homme doit toujours choisir les chemins les plus ardus, je tire l’enseignement que le chemin que je me suis tracé n’a été et ne sera jamais aisé. Et mes compagnons en diront autant

Car sur le chemin du changement qu’on a voulu pour ce pays, nous avons toujours eu en bandoulière nos valeurs.

Le voyage avec le Reew-Mi n’a jamais été facile. On se rappelle des batailles médiatiques contre la désinformation dont vous étiez sujet, ou encore des luttes acharnées sur le terrain pour instaurer la démocratie.

Mais dans l’apaisant silence de nos méditations, on se rappelait plus de notre résistance à la corruption.

D’ailleurs, Alpha Diallo me rappelle souvent cette discussion tenue dans le salon d’un directeur de la Poste de l’époque : « Il était question pour le directeur de nous donner des responsabilités et de l’argent afin qu’on rejoigne les rangs beiges et marrons ».

Beaucoup n’avez pas réussi à l’époque à résister à l’appel de l’argent et d’un CDI assuré quand planait au-dessus de leurs têtes chômage et incertitude d’un avenir douteux, mais ce ne fut point notre cas.

Nous avons dit non.

Je me rappelle encore de cette proposition d’un ministre qui en 2022 fraichement installer m’a dit : dit moi ce que tu veux Mouhamed en termes de responsabilités et je te le donne, mais tu viens avec moi.

Dire non à toutes ces propositions ainsi qu’à d’autres était notre façon de porter en vertus la parabole citée plus haut. Oui nous nous sommes fait violence en choisissant les sentiers les plus ardus.

Pendant treize ans, j’ai suivi ces sentiers, 13 ans à me battre pour défendre un idéal, à concourir pour faire rayonner ce pays à travers le projet que porte un homme. Certains en n’ont fait plus, d’autres moins mais toujours est-il qu’il ne faut pas se rappeler des soubresauts et autres désillusions vécus, mais juste se remémorer des moments de sacrifices, de dévotions…

Ce n’est pas dire qu’en soit, que c’est la fin, bien loin de là, mais juste préciser que pour nous, servir n’est pas une option mais une voie pour atteindre la seigneurie.

Petits traits d’histoire, petits traits de valeurs, de raisons mais aussi petits traits de vérités et de défis qui s’ouvrent à ma personne en vous faisant part de ma décision de quitter le parti Rewmi.

Une décision pareille n’est jamais chose aisée surtout quand l’on se montre mélancolique de toutes ces choses vécus, de toutes ces choses partagées avec des amis, mais à l’appel du destin, nul ne peut échapper.

C’est cet appel d’une jeunesse qui a soif de changements, d’une jeunesse qui se perd dans les tréfonds de l’océan et qui pourtant, ne demande rien d’autre qu’un mieux-être.

C’est l’appel de cette même jeunesse qui dans son pari pour la réussite se bute souvent au vent froid des océans qui comme Léviathan lui ôte ce qu’il avait de plus précieux : sa pauvre vie.

Dans les ventres de l’atlantique ou dans les braises du Sahara, rêves et désespoir gagnent les ténèbres où s’enfuissent ces âmes jeunes en quête de vie meilleur.

Alors, j’ai décidé de répondre à l’appel des miens, j’ai décidé de répondre à l’appel du petit Gorgorlu qui parcours les rues de Dakar pour s’assurer des bénéfices frôlant le seuil de pauvreté, j’ai décidé de répondre à l’appel du chômeur, de l’oublier du système qui erre sans avenir dans le pays de ses aïeux, de l’entrepreneurs qui a essayé milles et un métier, en sommes, j’ai décidé de répondre à l’appel des plus de 70% de la population.

Le sentier n’en sera que plus ardus mais le service n’en sera encore que plus seigneuriale. Car, de ce qui reste de ce parcours une chose demeure : « servir est la station la plus haute de la seigneurie ».
Alea jacta Est (le sort en est jeté).

Alors sur ces mots, je partage avec l’opinion ainsi qu’avec mes anciens collaborateurs de ma décision de quitter le parti rewmi.
Salutations distingués.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers infos

Articles en relation